Itinéraire d'un Antoine gâté

Des publications Twitter particulièrement subtiles, des veilles à couper le souffle et des reportings fracassants : Antoine a bel et bien marqué les esprits durant son stage au sein du pôle Social Media.   Et encore, on ne parle même pas de sa ressemblance troublante avec Avicii ni de son investissement dans de formidables lunettes qui lui offrent une allure de prophète du digital, avant-gardiste et initiateur de nouveaux usages.   Bref, il fallait qu’il reste, et il était d’accord. C’est parfait. Un salarié de plus !   Antoine nous vient tout droit de Chantilly, la ville de l’équitation par excellence même si lui, n’est jamais monté en selle. Pas envie. Antoine, ce qui le branchait, c’était plutôt la publicité et il n’y avait que ça qui pouvait lui faire quitter les rives de la Nonette.

Déterminé comme jamais, il rallie Paris pour faire ses gammes à Sup de Pub. Sur place, les compétitions s’enchaînent pour le compte de Bic, Malabar ou Benetton et notre ami s’invite quasi systématiquement en finale pour finir battu sur le fil. On a trouvé notre petit Poulidor. Thierry et Henry et son ballon d’or. Ça arrive.

Si les premières années de BTS sont généralistes, Antoine se sent surtout attiré par la création dans laquelle il se spécialise par la suite : maitrise de logiciels, techniques de brainstorming créatif… Tout y passe. Monsieur voulait devenir DA. C’était une autre époque. Un temps révolu puisqu’après un stage moribond dans une structure spécialisée dont le nom ne filtrera pas, le moment de la remise en question existentielle est arrivé. Et si le social media c’était pas plus fait pour lui ? Combiner stratégie et idée créative ? D’où un stage chez Braaxe. On connaît la suite…

A part ça, Antoine est un grand cinéphile. Un peu schizophrène, il alterne entre Blockbusters bruyants et petits films d’auteurs conceptuels à l’intrigue nébuleuse. Qu’importe l’ennui, ça fait gars profond. Pour les séries en revanche, les comédies font l’affaire, la violence et les pleurs c’est moins sont truc.

Alors que manque-t-il à ce globe-trotter confirmé qui a écumé l’Europe et foulé l’Océanie ? Il rêve à voix haute d’exotisme et de voyages en Inde, c’est vrai, mais le vide est d’ailleurs. Au plus profond de lui, ce qu’Antoine veut, c’est découvrir le roller... C’est très sérieux, il a même acheté une paire. Maintenant, ce qu’il attend, c’est une âme charitable qui daignera l’initier et l’aider à devenir le Thaïg Khris de l’Oise. Vaste mission. Quelqu’un se sent motivé ?