Journée bénie, voilà Benoit

Au Nord, c’était le baron. Ses strats, c’était du béton. Paris, c’était l’horizon. Chez Braaxe, la consécration.

Bien dans ses baskets et ses chaussettes à motif, Benoit, le Ch’ti que la capitale s’arrache, vient de tranquillement valider sa période d’essai pour fêter le début du printemps chez nous.

Son parcours, il le débute à Dunkerque, à flâner le long des digues en s’imaginant déjà tweeter aux quatre vents, devenir la voix des plus belles marques et le cerveau de leur stratégie digitale. Rapidement, le petit garçon rêveur prend de l’âge, délaisse ses tresses de basketteur US et se précipite en BTS spécialisé à l’EFICOM de Lille. A ce stade, il n’a toujours pas franchi les frontières picardes qui le séparent du Sud, tout va bien.

Au départ, il découvre donc la communication dans la globalité de ses métiers, touche à tous les supports et, visionnaire, réalise même un premier stage en imprimerie pour s’initier aux formats de demain. Il faut savoir anticiper.

Vient ensuite l’ISCOM en troisième année et pour son master 1, toujours à Lille. Il s’oriente vers la publicité et le marketing.

Le pere noël a fait un détour par l'agence. #christmas #agencylife #winter

Une publication partagée par Braaxe (@braaxe) le 13 Déc. 2016 à 9 :55 PST

Ses challenges ne concernent pratiquement que des marques avec des prénoms dedans : Michel & Augustin ou Charles & Alice soumettent leurs problématiques à Benoit & ses camarades qui brillent à chaque compétition. Il est fait pour ça. Au niveau professionnel, il n’a pas perdu de temps non plus : son stage de fin d’étude sera également synonyme de première embauche chez Wokine, comme Chef de projet Social Media. Le début de la gloire.

En prophète du digital, il oeuvrera notamment pour la sortie d’un livre blanc sur les bonnes pratiques de son métier, en collaboration avec une dizaine de CM triés sur le volet. Une vraie bible. Sa barbe de plus en plus fournie commence à faire sens.

La migration sur Paris finit par avoir lieu lorsqu’il rejoint Monsieur White pour pimenter la stratégie de Pizza Hut. Coup de bol, il travaillera aussi pour Crunch. Mais malgré toute cette nourriture, Benoit n’est pas rassasié, il veut toujours plus de Social Media, le gratin des clients. Et Braaxe avait tous les ingrédients. Tout le monde sort gagnant.

Benoit a trouvé comment rendre Lilith heureuse. #gift #team #braaxe #agencylife #chocolat #teamgros #happy

Une publication partagée par Braaxe (@braaxe) le 12 Avril 2017 à 7 :36 PDT

Dans la vie, juste avant de se laisser emporter par la douce brise de la hipstance, Benoit a longtemps joué au basket. Véritable Chris Paul du 59, il mène le jeu du DMBC Dunkerque pendant plusieurs saisons avant de finir sa prometteuse carrière sur le parquet du très réputé AB Chéreng et sa salle bouillante. Aujourd’hui, Benoit préfère remplir d’autres paniers, lorsqu’il fait ses courses en amont de la longue préparation des plats qu’il adore mitonner. L’agence a un nouveau petit cordon bleu.

Sa botte secrète ? Les pâtes carbonara. Mais attention, les vraies ! Celles sans crème fraiche. « Eh oui Monsieur ! » nous a-t-il expliqué. La classe.

A côté de ça, notre influenceur Mapstr sillonne beaucoup Paris en écoutant ses playlists techno, house et hip hop humblement baptisées « Du cool ». Du cool, oui. Forcément, le style est partout chez Benoit qui assume pleinement son côté fashion boy.

Benoit a le swag. #socks #work #agencylife #superstars #hipstancemaximale

Une publication partagée par Braaxe (@braaxe) le 21 Déc. 2016 à 2 :57 PST

Attention toutefois aux écarts et projets douteux : l’évocation d’un sweat monochrome très sobre avec « broken » inscrit à l’emplacement du coeur n’a pas convaincu grand monde à table. Benoit est beaucoup de choses, mais il n’est pas fragile... Qu’il se ressaisisse.