Braaxe Day en fanfare

Jeudi soir, tout le monde a vu rouge. Alors non, ça n’a rien à voir avec l’approche d’Halloween et son lot de faux sang (quoique), ni la colère de qui que ce soit. En même temps avec 90% de croissance on voit plutôt la vie en rose. Non c’est bien le rouge Braaxe qui a inondé l’agence pour une occasion bien particulière… Il paraît qu’après quelques temps la passion s’affaiblit. Pas toujours apparemment, en témoigne le Braaxe Day, les six ans de l’agence, célébré lors d’une soirée karaoké et crêpes dont on ne pourra jamais oublier les sourires, et tellement de souvenirs.

Avec des chansons dans le vent, des airs gais chics et entrainants on était sûrs de passer un bon moment. En ajoutant à cela une avalanche de cacahuètes et des jeux concoctés par l’équipe de direction, on s’est tous demandé : « Is this the real life or is this just fantasy ? ».

Entre les chasses au post-it et les gages variés, l’ambiance déjà festive s’est tellement réchauffée qu’on se croyait sous l’équateur du Brésil entre Cuba et Manille. Tous ces jeux encadrés par Damien, qui a réussi l’amalgame de l’autorité et du charme, nous ont replongé dans nos plus beaux souvenirs de colonies de vacances, la destination en moins. Mais qu’importe la place et qu’importe l’endroit, l’important c’est qu’on était tous là. Les règles de jeux étaient simples : quand Joe Dassin poussait la chansonnette des jeux de rapidité se succédaient. Tous attentifs, nous attendions à l ‘affût les premières notes de Champs Élysées qui entrainaient immédiatement un vertige, puis le silence, avant que chacun ne se souvienne de l’épreuve à réaliser.

Tantôt compressés à trente dans la salle de bain, tantôt empilés en pyramides humaines dignes d’Alexandrie (Alexandra), on a bien donné de notre personne et franchement, tout ça mérite des magnolias.

Même les nouveaux arrivants se sont prêtés au jeu comme Benoit, fraichement arrivé, qui a pu avoir un avant-gout des soirées Braaxe. Il a eu l’air de bien apprécier l’agence, alors peut être qu’il ne l’aimera pas plus loin que l’aurore, mais il s’en fout il s’éclata quand même. Malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin, et ce ne fut pas pour déplaire à nos voisins qui en ont marre qu’on fasse comme s’ils n’existaient pas. Alors après une dernière chanson, avant l’ombre et l’indifférence, chaque employé est rentré chez lui. Faut dire qu’avec la fatigue, l’exaltation était un peu retombée, dommage fallait pas qu’elle s’en aille. Woh-oh oh. Vous aussi vous avez le droit de vous amuser : on a SUBTILEMENT dispatché les paroles de toutes les chansons de notre karaoké dans l’article, vous les avez ??