Chronique du Braaxe Break à Lisbonne

Au début, on nous a juste demandé de réserver un week-end en juin. C’est tout. L’éventail des scénarios restait très large : accrobranche à Vierzon ? Camping des flots bleus ? Randonnée à Houilles-Carrière-sur-Seine ? 

Puis les réunions se sont multipliées. 

Une task force composée de la quasi-intégralité des membres de la Direction s’est rapidement constituée et se retrouvait régulièrement, une colonne de dossiers sous le bras comme si chacun préparait Paris 2024. Ça devenait sérieux. 

CHAPITRE I : SESSION DA VINCI CODE 

Qui sème l’info cultive le mystère. Une multitude d’indices, décousus en apparence, envahit rapidement les différents supports de l’agence, sous forme de photos, de mots codes et autres messages subliminaux insondables. 

Où est-ce qu’on va aller ? 

Bon. En fait Ophélie avait trouvé dès le début (Lisbonne du coup) mais s’était ravisée après avoir reçu quelques « Ha ? Heu… Héhé, ben vous verrez bien ! » nerveux mais sans suite qui lui firent penser qu’elle avait fait fausse route. 

Il faut dire que les indices qui s’étaient ensuivis, à base de plumes, de chiens et de langage morse alambiqué, avaient largement contribué à brouiller les pistes qui s’étalaient désormais de la dune du Pilat à l’Islande en passant par la Hongrie. Pas loin. 

CHAPITRE II : LA BELLE ENVOLÉE 

La réponse, l’équipe l’aura donc le jour-même, dans le terminal d’Orly. « S’ils ont réservé un bus, c’est qu’on ne prendra pas l’avion » annonçait pourtant Anastasia S. Prophète. 

Ce sera Lisbonne. Le Tage, l’ascenseur de Santa Justa et les morues, tout ça… Plutôt bien. Le vol se déroule presque sans encombres et, en définitive, une seule valise est perdue : celle de Damien, il est ravi. 

Il se consolera avec l’hôtel qu’ils ont réservé avec la direction : 4 modestes suites royales suréquipées faisant 5 fois la taille des appartements des uns et des autres. Comme ça, pour le plaisir. 

Après l’inévitable série de plats sur les lits gigantesques et les regards ébahis semblables à tout bon candidat de télé-réalité qui découvre sa maison des secrets, direction le centre et un restaurant avec vue sur l’océan, des plats raffinés et des carafes de sangria. 

L’occasion pour Klicia d’étaler sa maîtrise de la langue devant ses collègues éblouis. A mi-chemin entre Nelson Montfort et Anne-Laure Bonnet.

La nuit s’achève dans les rues pavées et tout en relief de Lisbonne, à l’extérieur des bars colorés, où Julien (pas vraiment fan faut-il le rappeler) accepte malgré lui un cocktail qui ne l’écoeurera presque pas. C’est ça la magie d’une ville… 

CHAPITRE III : LISBONNE JOURNÉE 

Le lendemain, c’est quartier libre jusqu’à midi, où tout le monde se retrouve pour pique-niquer. Le déjeuner sur l’herbe d’Edouard Manet fait pâle figure à côté du festin de charcuterie et de pain de mie partagé dans le parc (?) 

Vient ensuite le grand défi de la journée : sillonner la ville pendant quatre heures et résoudre par équipe les différentes énigmes plus ou moins bizarres concoctées par Clément et Julien. 

L’occasion d’arpenter la capitale pour rencontrer les épiciers, les gérants de bars et les flâneurs insouciants qui ne savaient pas encore qu’ils allaient être embarqués dans une incroyable enquête. 

C’était véritablement la Carte au Trésor, il ne manquait que France 2 et les hélicoptères 

En fin d’après-midi, les équipes se rejoignent pour une nouvelle activité inattendue : une dégustation de petits fours accompagnée de grandes flûtes de champagne à bord d’un élégant tramway qui fait le tour de la vieille ville. Les jaloux vont maigrir. 

Second restaurant. Une grande table luxueuse et un personnel de service pour nous tout seuls. Faut pas s’habituer. Il y a de quoi se prendre pour le conseil d’administration de Goldman Sachs qui fait du team building.

C’est notamment l’occasion pour chaque équipe de l’après-midi de présenter ses intuitions concernant les énigmes avant de se voir exposer les réponses par un Clément légèrement aviné. 

Les gagnants ont été couverts de richesses et de boîtes de sardines. Tout le monde est allé fêter ça dans les bars dansants de la ville, sauf Nicolas et Benoît qui ont préféré se remémorer leur passé soviet au Kremlin, temple de l’électro locale. 

Nouveau cocktail pour Julien, toujours pas convaincu. 

CHAPITRE IV : BAROUD D’HONNEUR TOURISTIQUE 

À Belem, on était jeune, on était fous. 

Ce quartier historique à 6km du centre constitue l’ultime étape de dimanche avant de plier bagage. Session audio guide. 

La tour fortifiée et le célèbre monastère dans lequel Vasco de Gama s’est recueilli avant de s’élancer dans son tour du monde n’ont rapidement plus de secret pour l’équipe. Dernières photos du Tage, ultime pique-nique, quelques verres en terrasse et l’heure est venue, le bus est là. 

Le vol du retour est animé par quelques turbulences qui inquièteront la plupart des passagers excepté Dolorès qu’un crash dans les sommets pyrénéens n’aurait visiblement  même pas réveillé.