Les prouesses de Dolorès

Gravement malade, le pôle social media continue sa boulimie : un membre de plus dans l’équipe ! Arrivée en mai avec les beaux jours, Dolorès n’a pas manqué ses débuts et nous a offert sa fraicheur normande et sa touche catalane. Un beau chapitre de plus dans sa magnifique histoire passionnelle avec le digital. Notre récit débute dans les contrées du Havre, au premier âge d’or du blogging où les billets variés ne cessaient d’enrichir la toile. Dolorès, alors jeune lycéenne rêveuse, s’inscrit dans la mouvance et créé un blog sur la musique avec une amie. Pas trop tôt. Depuis le temps que la scène rock de la ville méritait de la visibilité.

Le succès fut d’ailleurs immédiat : leurs interviewes d’artistes et leurs compte rendus de concerts sont relayés par les acteurs locaux et notamment l’incontournable Cabaret Electric. Solide. Le stade de France est proche.

Après deux années en BTS Communication dans sa ville, la voici arrivée à la capitale. « Boujou Paris ! » comme elle dirait, jargon havrais quand tu nous tiens... C’est donc à l’UPEC en lettres et médiations culturelles qu’elle poursuit son chemin qui la conduit vers un stage à la fête de la musique. Pour quelqu’un dont le seul contact avec un instrument se résume aux cours de flûtes à bec au collège, on dit chapeau. Mais attention rebondissement : elle s’aperçoit alors que c’est davantage l’événementiel qui la séduit. Le plan de carrière se redessine. Passée par Sup de Pub en Master Hors Média puis à l’Ecole de Commerce Pôle Paris Alternance, elle se charge de communication événementielle pour Banque Populaire Caisse d’Epargne, à l’époque où les banques sont en pleine digitalisation. Hasard ? Pas vraiment.

Epilogue merveilleux : avec l’événementiel, elle touche du doigt les RP… et c’est à ce moment précis que la lumière fût. Elle devient consultante média chez Kingcom où elle gère comme une reine les relations bloggeurs, influenceurs… Elle y retrouve le blogging et les réseaux sociaux. Et ça fait du bien. Finalement, c’est le digital qui l’emporte : la voilà chez Braaxe. La boucle est bouclée.

Toutes ces expériences n’auront pas éloigné Dolores de ses passions des débuts : elle continue le blogging et prête sa plume à un blog de lifestyle lillois. Ils ont de la chance. Pour le reste, ceux qui la connaissent savent que si la Normandie et l’Espagne coulent dans ses veines, c’est bien le Japon son pays de cœur. Après trois ans de japonais au lycée et un voyage linguistique, dès qu’elle peut, elle s’envole et quitte la grisaille française pour les cerisiers en fleurs…et pour les tempura. Parce que oui, manger c’est bien sa dernière passion. La suite du conte Dolorès ? Elle est en train de l’écrire. Aucun spoil n’a filtré pour le moment.